mardi 9 octobre 2007

même en camping

cuisson de la pâte polymère
vaste débat
four, casserole, four à micro ondes, pistolet chauffant, grill
que choisir ??
vous pouvez vous renseigner sur
ici
oui vous avez bien lu au micro ondes


Michèle nous propose sa méthode pour "cuire " à l'eau

Il faut une casserole qui ne servira plus qu’à la cuisson des perles
Du sel, de l’huile, et de l’eau
cuissoneau1


Verser 1 litre d’eau environ dans la casserole, 4 bonnes cuillères à café de sel, quelques gouttes d’huile surtout si on cuit des perles à la Bounette

(Perles à l’huile). Lorsque l’eau se met à bouillir, mettre les perles dans la casserole pendant 5 mn ou plus si les perles sont très grosses. Ici je les ai laissées 5 mn à 100°.

cuissoneau2

Après 5 mn de cuisson à l’eau bouillante, réduire le feu au maximum et laisser cuire entre 15 et 25 mn selon la taille des perles, ici 20 mn


Egoutter les perles dans une passoire et les jeter dans un bain d’eau froide
cuissoneaugla

avec ou sans glaçons
Sortir les perles au bout de quelques minutes, les essuyer, les poncer légèrement, les vernir ou non.
cuissoneau3

madinblue


à vous maintenant, de tester la méthode de madinblue

avec les différentes marques de pate polymère

surtout avec la nouvelle "fimo" qui durcit à 110° donc plus proche du dégré d'ebulition

qu'avant,

vous nous tenez informés bien sûr


blue05

cette leçon en images est la propriété de son auteur,
merci de respecter son travail et de ne pas en faire une copie sans son
autorisation.

This tutorial with images is an intellectual property of its author.
Please, respect his/her work and do not copy / reproduce / translate it without his/her authorization.
The journal staff  will be glad to provide you with an English translation, if needed.

Posté par dominool à 08:28 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 21 novembre 2005

question existentielle

cuissonattitudetitre

Une étape essentielle à la réalisation de ses créations en pâte polymère est la cuisson. En effet, d’elle dépendront la solidité, la durabilité dans le temps, la couleur des objets et autres bijoux que nous modelons avec tant de plaisir et parfois un peu d’appréhension quant au résultat final.

Le support de cuisson, la température du four, le temps de cuisson, le refroidissement sont autant de paramètres qui conditionnent « une cuisson réussie ».

Pour en savoir un peu plus sur ce qui se passe dans les cuisines
et ateliers des polymeristes enragés que nous sommes,
l’article qui suit fait la synthèse des réponses apportées au sondage lancé sur le groupe CréationFimo.
Merci aux membres qui ont pris le temps de répondre, vous avez été très nombreux !

Où ????    cuissonun                      

50 % d’entre vous d’entre vous cuisent leurs créations dans le four ménager de leur cuisine et donc en toute logique, l’autre moitié a investi dans l’achat d’un petit four à usage exclusif « cuisson de fimo ». Mais certains d’entre vous inquiets du risque de toxicité ou bien aux prises avec un entourage qui rouspète (j'envisage sérieusement d'en acheter un pour éviter d'entendre que çà sent mauvais et que je vais intoxiquer toute la famille !!!-Sandrine-) envisagent sérieusement l’achat d’un « four à fimo ».
Et la tendance est donc de séparer la cuisson de la « bonne pâte à pizza » de la « chère pâte polymère ».
Pour vous faire une opinion, quant à sa toxicité, lisez l’article d’Yves :  et celui de Lili :

            cuissondeux                                                           
Sur quoi ?????

1/3 d’entre vous utilisent un carreau de céramique comme support de cuisson qui sert aussi pour certains de plan de travail (Je cuits mes modelages sur un carreau de carrelage lisse. Le handicap de cette méthode, le fait que la pâte colle au support, est un atout lorsque, après la première cuisson, il n'est pas nécessaire de tenir le modelage pour poursuivre le travail. Il suffit de maintenir le support.-Laurent-)
Un truc qui nous vient du Canada : Hermine et Violette glissent entre le carreau (la tuile) et la pièce à cuire du papier de cuisson pour éviter les taches brillantes.
Quant aux autres, vous adorez les plaques en tout genre : celles du four, à pâtisserie, en alu, téfal, de verre et aussi miroir ! Enfin tout ce qui est plat et supporte la chaleur du four ! Avec quand même une préférence pour la plaque de verre ! Quelques unes d’entre vous utilisent des plats et des moules à usage exclusivement Fimo mais vous êtes une minorité !
Le champion des champions c’est le papier sulfurisé ! Utilisé en accordéon pour la cuisson des perles ou bien comme isolant du support de cuisson, il est le chouchou des polymeristes et le « matériel indispensable » pour la majorité d’entre vous (une feuille de papier sulfurisé pliée en accordéon pour les perles et le               
                
cuissonreveil     combien de temps ????????????
et à quelle température  ? dispute
 
Eberhard Faber pour Fimo et Sculpey pour Premo préconisent une température de cuisson de 130° pour une durée de 30 minutes maximum (pour Sculpey III 10 à 20 minutes pour une température de 130° aussi).
120 à 130°, telles sont les températures pour lesquelles vous optez. Quant à la durée de cuisson, elle varie de 10 à 30 minutes. Ce sont vos propres expériences qui vous guident dans le choix de ces durées. D’ailleurs, je me demande si la durée de cuisson doit-être proportionnelle au volume des pièces à cuire ?
Pour Laurent :  30 mn, éventuellement un peu moins si l'épaisseur est fine. Le four se coupe tout seul à la fin de la minuterie, et il m'arrive souvent de laisser les modelages à l'intérieur jusqu'à refroidissement complet du four et des modelages.
cuissonfeu

Pascale :  Pour les miniatures trop petites et donc difficiles à surveiller genre pommes, tomates, petits bonbons je les fais cuire dans l'eau bouillante 5 mm.
Quant à la pâte translucide, 10 à 20 minutes  à 110-120° conviennent pour une cuisson idéale.
Juliette : sauf translucide à 110, et lorsque je veux la faire roussir, je pousse jusque 200 degrés!>combien de temps ??
pâte normale entre 20 et 30 minutes, la trans: 20 minutes, mais toujours pour la technique de roussi, ça peux cuire 40-45 minutes.
Françoise : avez vous une cuisson spéciale pour certaines pâtes ? seulement pour la translucide à 120, sauf si je veux obtenir les petites marques rondes, alors à 130 voire plus.
En moyenne, vous faites cuire la fimo liquide entre 10 et 15 minutes - Caty- AigueMarine

              cuissongrenouille              

c'est cuit !! que fait-on ?????
90 % d’entre laissent leurs pièces refroidir naturellement.
Pour Hermine et Violette au Canada, c’est le refroidissement dans le four.
Et puis il y a les impatientes, les pressées qui passent leurs créations sous l’eau froide pour accélérer le processus. N’est-ce pas Marie-Ange ? : que faites vous de suite  après la cuisson ? je me crame les doigts tellement je suis impatiente de voir le résultat surtout avec les expériences avec le transparent.- refroidissement naturel  : rarement , je suis toujours pressée !
Laurent fait la réflexion suivante : - plongeon dans l'eau ? > Non, peur que le choc brutal de température ne facilite les fissures ultérieures. Hormis pour le métal trempé, les chocs thermiques ne sont pas très conseillés.
cuissonglacon

Choc thermique conseillé, par contre, pour obtenir  une vraie transparence et toutes celles qui utilisent de la pâte translucide n’hésitent pas à jeter leurs perles dans un bain d’eau froide et même glacée. Petite explication technique : le bain dans l'eau glacée rend la pâte plus solide. La pâte se fissure et en se refroidissant se referme sur elle-même, cela donne cet aspect verre que nous aimons tant.
cuissonbulles
                                                                                 ça bulle,

                       cuissongondolage             ça gondole !!

 

cuissonpompier et on fait même le 18 !!!!

A ce stade de la réalisation, il ne vous reste plus qu’à peaufiner votre création ponçage, polissage, klirage, vernis, peinture… Hélas, c’est sans compter que parfois certains problèmes surgissent quand on ne les attend vraiment pas et gâchent irrémédiablement votre plaisir : quelques bulles d’air cachées dans la pâte, quelques craquelures et autre gondolage, de quoi bien vous énerver et vous faire envoyer tout en l’air !!!
cuissoncri

Beaucoup d’entre nous en ont fait l’expérience
et le problème qui revient le plus souvent est celui du bullage,
suivi de très près par celui du gondolage. Bien placé également le  « cramage », eh oui, il y a des étourdi-ies qui oublient la pâte au four. Et même que la médaille de la plus étourdie revient à … Marie-Hélène : une seule grosse fois : Les pompiers n'ont pas aimé du tout LOL ( pour celles qui ne savent pas, j'avais oublié que je cuisais de la fimo.... elle a brûlé et a enfumé tout l’appartement.. Les pompiers sont venus parce que je savais pas d'ou ca venait ..... dans la lune oui je le sais !! Vive les minuteries comme dit Marie-Ange !!!
Une chose à faire toutefois : ne pas mettre les perles trop près des résistances pour éviter que ça crame -surveiller la cuisson -Sabrina.

cuissonboudeur
A tous ces problèmes, votre expérience nous apporte des remèdes et des trucs. Merci de nous les faire partager !
Nadia : Mon seul remède : cuire les pièces dimensionnée (c'est
à dire qui ne sont pas censée etre plates)dans du coton et pour les autres les sortir chaude du four et tout de suite les mettre entre deux carreaux de faience.
Alicia : si la pièce est plate, un autre carré de faience sur la pièce!
Féerie : pour les bulles on les perce avant !!!! pour les bulles sur des boites par exemple, soit enduire de colle avant de mettre la fimo soit mettre de la liquide à la place de la colle.
Françoise : Je crois qu'il faut vraiment, pour les plaques assez fines, les "coincer" entre 2 feuilles papier ciré et entre 2 faïences ou plaques de verre. Pour les fissures, lorsque je recouvre des galets, je laisse refroidir plus lentement dans le four, porte entr'ouverte.
Sabrina : si vous faites des plaques tres fines attendre avant de les decoller de la plaque pour ne pas les casser.
si vous mettez du pearl ex eviter de les plonger dans l eau ca enleve un peu de poudre.
Laurent : La pâte polymère est certes du PVC, mais un modelage n'a et n'aura jamais les mêmes propriétés mécaniques qu'une pièce moulée, dans des conditions de fluidité, de température précises.
Pour garantir la solidité d'une pièce, il faut donc penser à l'avance à ses fragilités potentielles et faire les modifications qui s'imposent. Mais plus facile à dire qu'à faire, ça c'est certain.

cuissoncuisiniere
Caty : pour le gondolage, je pose sur mes plaques de pâte une plaque de verre
Hermine : Gondolage? J'ai un truc pour cela :
si c'est mince et plat je cuis toujours avec une plaque de céramique
avec une feuille de papier pour séparer la pâte et la tuile.
Autre problème occasionnel décollage quand je fais des ajouts à certains objets déjà cuits.
Je viens de faire une crèche dans un oeuf en utilisant la forme métallique comme base( genre oeuf de métal de pâques) et un autre personnage dans une forme similaire  et malgré la pâte liquide ça a décollé. J'ai recuis en mettant plus de pâte liquide, j'ai collé d'autres éléments.
Si qq'un a des solutions à ce problème je suis
preneuse.
Tewee : pour éviter le bullage : éviter de plier la pâte n'importe comment, surtout avec la machine à pâte ! mettre toujours la pliure en premier dans la machine, pas l'inverse ce qui "emprisonnerait" les bulles d'air
pour éviter les craquelures :
ne pas hésiter à pétrir sa pâte longuement
gondolage :
- mettre les pièces plates et fines entre deux plaques de verre pour la cuisson
- à la sortie du four, mettre à refroidir sous un dico !
Marie-Ange : travailler sa pate assez longtemps et respecter les temps de cuisson ; utiliser un minuteur pour les distraites.
Violette
: Pour les petites bulles que l'on voit sur la pâte après cuisson: sont causées par un conditionnement où l'on laisse entrer de l'air. Soit manuellement soit avec la machine à pâte. Toujours passer le pli dans la machine en premier ou bien encore passer la feuille pliée de côté.
Le gondolage: pour une tuile qui a gondolé parfois réchauffer bien et la placer entre deux carreaux de céramique et entre deux papiers, ou tout simplement faire refroidir entre deux tuiles sur lequel on a déposé un poids.
Pour les bulles qui se forment entre la pâte et quelque chose que l'on a recouvert (ex sur un stylo): s'assurer avant qu'il n'y a pas d'espace entre la pâte et la surface recouverte. Bien regarder en diagonale. Placer une feuille de papier mince sur la pâte crue qui recouvre l'objet et doucement éliminer les petites bulles en pesant délicatement avec les doigts; les faire sortir par le côté le plus rapproché. Si cela est impossible pcqu'on a bien pesé sur la pâte, les crever avec une lame, non avec une aiguille pcqu'il est plus facile d'effacer une légère coupure de lame qu'une perforation d'aiguille.
Zabec05 : A part être super vigilante au niveau T°, et minutieuse au niveau des plaquages... Rien de mieux
....

                                cuissonoupscuissonjairiencompris                                

et en plus faut que ça brille !!!
Pour conclure quelques mots sur le Klir. Pour en savoir plus :
Vous êtes une bonne moitié à l’utiliser. Pas de matière systématique, certaines ne l’utilisent que pour recouvrir les faux ou pour protéger les transferts et les foils. Il y a les adeptes du klirage avant cuisson et celles qui préfèrent le passer après et remettre encore un peu au four ensuite.
Et puis, il y a les réfractaires : celles qui trouvent que le klir bulle ou qu’il ne tient pas à l’usage ! A vous de voir, de faire vos propres expériences !

Cet article a été réalisé grâce au concours des membres de CréationFimo.
cuissonmerci

Je remercie très chaleureusement Heure bleue qui m’a transmis tous les messages et m’a permis de rédiger cette « longue » tirade ! Ouf !
cuissonchien

Lydie

Posté par dominool à 11:10 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,