vendredi 24 octobre 2014

Jolis Bijoux en pâte polymère - Cristalline

L'auteur Sophie Arsalier (alias Cristalline) est une artiste hyper douée (c'est un fait établi) !!!   Alors quand j'ai vu qu'elle venait de sortir un deuxième livre "Jolis Bijoux en pâte polymère" après "Bijoux en pâte polymère", je me DEVAIS de partager cette excellente nouvelle avec la communauté de passionnées frappadingues (ok je parle de moi, mais pas que ;o) de polymère.

C'est donc avec vive émotion que je vous présente cet interview (exclusif) de cette polymériste talentueuse et généreuse ^^.

 

10603417_10152314965408314_1766557075833173188_n

 

 

Tout d’abord merci d’avoir accepté  de jouer le jeu et de répondre à mes questions (hors sujets)

 

bracelet_liberty_fimo_cristalline5

 

Commençons par quelques questions (à  la « Freud ») pour mieux te cerner.

  • Quel genre d’enfant étais tu et quelle adulte es-tu devenue ?   (Installe-toi sur le divan et dis-nous tout) 

J’étais plutôt curieuse et déjà très intéressée par le dessin, la peinture et la danse. Je passais mes samedis après-midis dans une académie de peinture près de chez moi. J’y ai reçu un enseignement de la peinture à l’huile plutôt classique. Ce fut une bonne base pour mes études ultérieures. Enfant, j’étais plutôt bonne élève et déjà très branchée par les disciplines artistiques. Finalement, j’ai décidé assez tôt que je serais « professeur de dessin » comme on disait à l’époque et c’est ce que je suis devenue. On appelle cela la vocation je crois ;-).

  • As-tu gardé ton âme d’enfant ?  (reste sur le sofa et ferme les yeux ;o)

Pour ce qui est de la curiosité et de l’intérêt pour la découverte et l’expérimentation c’est certain !

  • De quoi as-tu le plus peur ?  (Rouvre les yeux, maintenant !)

Sans hésiter : que ma petite famille ne soit pas heureuse, ou qu’il lui arrive des trucs pas très sympas. Après, tout le reste peut être surmonté ;-) à part, peut-être, le fait de manquer de pâte blanche un jour de pâtouille !

  • Quelles sont tes trois couleurs préférées  (par ordre de préférence) ?

Question piège ! A peu près toutes les couleurs me plaisent, tout est une question d’assemblage. Par contre, j’ai vraiment beaucoup de mal avec le jaune, surtout s’il tire sur le moutarde !

  • Es-tu une touche-à-tout ou plutôt fidèle à une discipline créative à la fois ?

Une touche à tout sans hésiter ! Mais pendant ces dernières années la polymère a quand même eu une place privilégiée dans ma vie.

bracelet-fimo

Bon, maintenant rentrons dans le vif du sujet

  • Pourquoi la pâte polymère ?  Quand et comment (ben oui, on veut vraiment tout savoir) as-tu découvert ce matériau magique ?

J’ai découvert la pâte polymère dans les années quatre-vingt-dix, quand j’étais étudiante mais j’ai arrêté car cela revenait trop cher à l’époque. J’avais quand même déjà tenté une canne, c’était une fleur aux pétales blancs, avec un cœur rouge et un fond noir. J’ai redécouvert la Fimo® en 2006 alors que je tournais en rond avec mes montages en perles de cristal. Quand j’ai redécouvert les possibilités de cette pâte sur un forum de perleuses, avec des transparences et des effets nacrés qui n’existaient pas quelques années avant, je n’ai eu qu’une envie : retenter l’expérience. J’ai acheté deux pains et le virus était reparti ! Après ça, je n’ai plus lâché la pâte.

  • Quelles sont tes meilleures sources d’inspiration ?

C’est à nouveau difficile de répondre à cette question ! Tout est bon à prendre dans le monde qui nous entoure : A mes débuts, je me rappelle avoir fait un tuto que j’avais nommé « canne  rideau » car le motif était inspiré d’un rideau que j’avais chez moi ! J’avais aussi fait une résine après avoir vu le film 300 ou une broche avec une « nana », directement héritée de l’artiste Niki de St Phalle. Plus récemment, mon collier aux papillons est né à force de voir passer sur Facebook une désormais célèbre photo représentant un arbre recouvert de ces insectes colorés. Bref, toutes ces sources n’ont pas grand-chose à voir les unes avec les autres ;-). Tissus, imprimés, belles images, film, œuvres d’art : quand je vous dis que tout est bon ;-).

  • Comment en es-tu arrivée à écrire un livre ?

J’ai écrit le premier pour moi avant tout, afin d’essayer de faire le tour des toutes les techniques que l’on pouvait expérimenter en polymère. Ecrire était une façon pour moi d’organiser les choses, de leur poser des limites, d’y voir plus clair. Le second est simplement né grâce à la demande de mon éditeur : sans cela, il n’y aurait sans doute jamais eu de numéro deux ;-).

  • Quelles en sont les particularités ? (qu’est-ce qui différencie ton livre ?)

La demande était de faire un petit livre dans une collection qui s’appelle « Initiations ». Il y a donc des projets très simples pour commencer la pratique de la pâte polymère, c’est un livre sans prétention. Cependant, comme je vois toujours en terme de « progression » - ça doit être mon côté prof ;-) - il y a aussi des réalisations plus complexes. Toujours dans le même esprit pédagogique que le premier livre : on commence par le plus simple et quand on s’en sent capable, on corse les choses. Hélas, tout ce que j’avais imaginé pour ce livre ne rentrait pas dans le volume prévu, alors, à l’image de mes tutos du « Petit Précis de Polymère », j’ai autoédité un fascicule complémentaire qu’on ne trouve que sur mon site.

  • Quel projet (dans le livre) t’a donné le plus de fil à retordre ?

La broche « tendre automate » peut-être ? Au départ c’était un collier avec des mots écrits dessus, seulement, pour des raisons techniques liées à la traduction éventuelle de l’ouvrage, il ne fallait pas de mots en français sur les créations photographiées. J’ai donc transformé le collier en broche, sans mots.

  • Pendant l’accouchement de ton  livre, as-tu rendu ton entourage complètement fou ?  (Sois honnêêêête !)

Pour le premier, sans aucun doute : je ne pensais qu’à ça et tout le temps ! Il m’arrivait de laisser tout le monde plan en disant « attendez, j’ai un truc pour mon livre, là ! » et pouf, je m’enfermais à l’atelier. Mais pour celui-ci, pas du tout , j’ai pratiquement tout bouclé pendant les vacances d’été 2013. Je les ai plutôt rendus fous avec le concours de l’agrégation que je passais en même temps !

  • Quel est TON projet préféré ?  Et pourquoi ?

J’aime beaucoup le collier « princesse aux petits pois » car j’y explique enfin les secrets de mon montage sur buna-cord ;-). Ce fut mon montage fétiche pendant longtemps : j’ai décliné ces colliers dans toutes les couleurs et les motifs possibles sans jamais me lasser !

  • De quoi es-tu la plus fière ?

Depuis que j’ai mis la main à la pâte en 2006 ? Sans aucun doute de mon premier livre. C’est le projet qui m’a procuré le plus d’émotions et c’est aussi celui qui m’a fait progresser de façon fulgurante. Ecrire son premier livre, ce n’est pas rien : toutes celles qui sont passées par là sauront de quoi je parle (n’est-ce pas Florence ? ;-) ).

  • Es-ce qu’il y a un AVANT et APRES la sortie du livre ?  (Réinstalle-toi confortablement sur le divan)

J’ai presque démarré la polymère quand j’ai écrit mon premier livre (ça faisait juste un an que je patouillais quand j’ai décidé de prendre la plume) et j’ai le sentiment que ce second livre achève quelque chose. Il n’est pas question d’abandonner la pâte polymère pour le moment mais je vois bien que je m’intéresse aussi à d’autres choses. Elle aura forcément une place dans ma vie mais sans doute plus tout à fait la même que ces dernières années. On verra bien ce que l’avenir nous dira !

 

IMG_2047

Une dernière question

  • Pourquoi devrions-nous courir chez le libraire ou commander en ligne ton livre ?

Parce que ce sera sans doute le dernier !
Ah mince, j’avais déjà dit ça pour le précédent ;-) !

(Lève-toi du divan, sors tes pompons  et déchaine-toi…Tu l’as méritée !)


NB: les photos des bijoux ne sont pas représentatifs des créations éditées dans cette ouvrage

 

 


vendredi 20 juillet 2012

Observons la Saga dans son état naturel ...

73800118

Originaire d'Islande médiévale, on retrouve sa trace jusqu'au XII et XIIIème siècle. Elle peut aussi bien vivre dans l'espace ou dans l'imagination (où on la connait sous des noms comme "Star Wars", "Twilight" ...) que dans les postes de télévision (certaines sont même apparentées avec un certain Stéphane Bern). Les sagas aiment les sensations fortes comme le meurtre, le suspense ou le sexe. Oui, leur vie est assez animée.

En France, les petits des espèces télévisées naissent surtout en été. Ils préfèrent la saison chaude, les bords de mer comme la Méditerranée où la Bretagne et aiment manger le cerveau du plus de monde possible. Les Zodiaque et autres Vent des moissons sont donc de grands prédateurs. ;-p

Mais les sagas peuvent aussi offrir réflexion et plaisir. J'ai eu la grande chance d'en croiser une, au détour d'une page web. Elevée en plein air, avec du bon grain bio et de l'herbe bien verte, la saga Cristalline est une des plus belles qu'il m'est été donnée d'observer. Je vous invite donc, si vous le souhaitez bien sûr, à découvrir la naissance d'un petit Sagatien (oui, oui, j'invente des mots et alors ?!) jusqu'à sa majorité, sur sa terre natale : la Cristalie. Le tout en 17 épisodes au fil du blog.

desigual_cristalline

desigual_cristalline2

IMG_5781

 

 

Posté par Aneliz à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 27 avril 2012

Achat compulsif

Il existe des livres qui sont achetés sans qu'on regarde leur contenu. Personnellement, j'ai quelques auteurs que j'acquière les yeux fermés (je vous fait grâce de la liste en question : j'en suis au stade ou je mange les livres vu ma consommation astronomique ^^). Ce sont des trésors que l'on attend avec impatience et qu'on lit avec des soupirs d'aise, dans un canapé moelleux,  le téléphone coupé et sans enfant qui nous demande à manger/sortir/regarder la télé/jouer autour de nous.

Je dois avouer que le livre de Sophie Arzalier, alias Cristalline, est entré dans cette catégorie. Ne manquais plus qu'un bon feu de cheminée et c'était le pied total.

Lorsque j'ai appris qu'elle sortait un autre ouvrage, version poche, ni une ni deux, j'ai couru ventre à terre pour en savoir plus !

couverture-mini

Nous connaissons tous ton livre "Les bijoux en pâte polymère" (honte à ceux qui ne savent pas de quoi je parle ! ;-p). Quel a été ton ressenti lors de sa sortie et celui que tu as aujourd'hui ?

Je me rends compte, via les messages postés sur mon blog ou qui me sont directement adressés par mail, que mon livre paru en 2009 est encore une découverte pour certaines. Des personnes qui se découvrent une passion naissante pour la pâte polymère, il y en a encore aujourd’hui et je suis ravie qu’elles se tournent vers mon ouvrage pour apprendre un certain nombre de bases. D’ailleurs, peut être que l’une d’entre elle se reconnaîtra en lisant ces lignes ;-).

Lors de sa sortie en mai 2009, le 20 pour être exacte ;-), j’étais totalement euphorique ! Et stressée aussi à la pensée qu’il pourrait ne pas plaire … Ca a duré un moment, et puis ça a finit par passer, heureusement pour mon entourage ;-))) !

T'attendais-tu à un tel succès ? J'imagine que tu dois être très fière !

C’est vrai qu’il marche bien dans sa catégorie et qu’il est plutôt apprécié des polyméristes débutantes ou avec un niveau intermédiaire. Son point fort est justement qu’il fait le tour des principales techniques à exploiter avec la pâte : cannes, effets de matières, mokumé gané, mica shift, transfert … et qu’il est plutôt pédagogique dans le sens ou on peut apprendre plein de petites choses sans pour autant se lancer dans la copie intégrale du projet présenté. Après, on peut très bien ne pas aimer le style des modèles que je propose mais c’est une autre histoire ;-). Il m’arrive de croiser des polyméristes qui ont fait leurs classes avec ce livre et je suis toujours très heureuse d’apprendre qu’il leur a été utile, et qu’il peut l’être encore !

Question succès, je ne m’attendais à rien … Dans la construction de ce projet, tout n’a été que surprise ! Quand j’ai écrit les premières lignes, c’était d’abord pour moi : je ne faisais de la polymère que depuis un an et je voulais y voir plus clair au milieu de toutes ces techniques étranges. Au bout d’un an d’écriture, je me suis alors dit que ça pouvait devenir un livre et je suis partie à la recherche de l’éditeur « de mes rêves » : celui qui publierait le projet tel qu’il avait été écrit ;-). J’ai fini par le trouver et « Tout sur les bijoux en pâte polymère » s’est retrouvé sur les rayonnages des boutiques alors que je fêtais mes « 3 ans de pâtouille ». A ce stade, j’étais déjà aux anges ;-)))) Après, il a aussi été traduit en Néerlandais et en anglais ! Là encore, une joie énorme !

Evidemment, je suis ravie qu’il plaise toujours, quelque soit la langue, et que les commentaires qui me reviennent soient le plus souvent si positifs.

La fierté était vraiment ce que je ressentais au début, une fierté euphorique ;-) maintenant, ce sentiment est plus diffus. C’est difficile à expliquer. En tout cas, cette aventure restera pour moi un évènement très fort !

IMG_4931

Un autre livre à ton nom est sorti le 18 avril. Comporte-t-il tout ce que tu n'as pas pu mettre dans le premier opus ?

« Tout sur les bijoux en pâte polymère » laisse place à « Bijoux en pâte polymère » mais il n’y a pas de nouveau projet dans cet ouvrage. C’est une version poche éditée par Larousse dans la collection « les mini Larousse ». Comme son nom l’indique, est tout petitet présente une sélection des projets de son grand frère. La chose intéressante dans tout ça c’est que le prix est mini aussi et que ça peut faire un joli cadeau à offrir pour convertir des copines à la pratique de la pâte polymère ;-) : le livre + 2 pains de pâte = le prix d’un paquet de cigarettes … Si on a adoré le premier, on peut aussi se l’offrir pour le garder dans sa poche ou dans son sac à main en permanence ; on peut même dormir avec si on veut ;-) (lol !)

C'est le moment de liberté. Celui où chaque personne interviewée se demande :"Mais bon sang ! Que vais-je pouvoir dire ?!". Le clavier est à toi ! Nous te lisons ! (Tu sens la pression sur tes épaules là ? ;-p)

On me demande souvent « A quand le second livre ? » … Et bien pour le moment, ce n’est pas au programme … Par contre, depuis presque deux ans, je travaille sur le « Petit Précis de Polymère » : j’autoédite des fiches et des cahiers techniques que je fais imprimer (sur un beau papier !) et relier par un professionnel ; je les vends ensuite sur ma boutique en ligne. Il en sort en moyenne un par mois et je traite essentiellement des cannes. Actuellement, il a 17 cahiers et fiches disponibles. Si le coût peut paraître élevé comparé à un livre, il reste tout à fait raisonnable si on le compare aux tutoriels en pdf que l’on trouve actuellement sur le net. J’aime beaucoup ce projet car je peux continuer à écrire des « leçons en pas à pas » et les développer comme je l’entends ! Là, personne pour me dire : il faut mettre moitié moins de photos ou moitié moins d’explications car il n’y a pas la place ;-). Les personnes qui aiment mon travail restent libres d’acheter les cahiers qu’elles souhaitent et peuvent les conserver longtemps dans un classeur : l’impression est vraiment de qualité. En ce moment, la canne « fraise » et le ptit dernier « la canne pivoine » ont beaucoup de succès ! Envie de soleil sans doute ;-). J’espère pouvoir continuer ce projet, c’est celui qui me ressemble le plus actuellement, mais l’autoédition, ce n’est pas facile tous les jours ;-). Je travaille actuellement sur le prochain cahier, j’espère pouvoir le sortir en mai … mais chuuuuuuut, c’est une surprise ;-)

Posté par Aneliz à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 17 février 2012

Histoire capillaire

62805355

Ce que je préfère dans la polymère, ce sont les cannes.

Chercher l'idée qui peut-être intéressante à travailler, choisir les couleurs, avoir toujours une petite tension au moment de commencer, réfléchir à la position des différents morceaux pour obtenir un bon équilibre, être toujours un peu tendue quand la canne est presque terminée, bien répartir le pourtour pour avoir plus de facilité lors de la réduction, patienter quelques heures (si besoin est) avant d'attaquer la réduction, puis l'allonger jusqu'à la taille souhaitée, couper et admirer.

Tout ça, c'est si ça se passe bien.

Dans le cas contraire, c'est moche. Pas de sang sur les murs, pas de cadavre dans la cuisine tuée à coup de chandelier mais une profonde deception et une envie de tout jeter par la fenêtre, le tout en s'arrachant les cheveux.

Il m'est arrivé une fois de passer quelques jours sur une canne bien complexe. L'idée était bien présente, je savais exactement ce que je voulais. Une fois terminée, j'ai attendu presque deux jours avant de la réduire (typique du syndrôme "si je ne la regarde pas, elle ne pourra pas me faire de mal" mdr). Et puis je me suis lancée ... et tout a fini à la poubelle, de rage, le tout en disant, les dents serrées, qu'on ne m'y reprendra plus et que je ne referai plus jamais de canne. Chose qui s'est avérée fausse puisque que j'ai replongé. Et très vite. 

Grâce aux photos de Cristalline, on sait maintenant qu'avec du travail et de l'acharnement on peut atteindre le nirvana des cannes. Ce n'est donc pas un mythe. ;-)

Amis lecteurs, sachez que moi aussi je me pose la question : Cristalline a-t-elle encore des cheveux ? :-p

fimo-canne-visage-cristalline

canne-fimo-polymere-roulotte-boheme

cannes-fimo-fleur-polymère

Posté par Aneliz à 07:00 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , ,