Le printemps est pour beaucoup d’entre nous une saison un peu euphorisante.

Pardi, nous pouvons enfin sortir de la semi-torpeur dans laquelle l’hiver nous avait plongés. D’ailleurs on n’y croyait plus et même on a encore des doutes, mais oui le printemps est enfin là.   Notez qu’il pourrait être plus généreux avec la météo parce que là, en ce moment cela laisse à désirer…

Bref, donc avec cette arrivée du printemps, on assiste à une certaine effervescence, la nature se réveille, les oiseaux piaillent et bientôt nous serviront de réveil matin… Certains d’entre nous ont ressorti leurs chaussures de sport.   D’autres, sont pris d’une frénésie de grand nettoyage de printemps.  Certains encore, comme un de mes voisin, reprennent leur curieuse habitude d’astiquer à longueur de journée leur voiture…Je me suis toujours demandé s’il n’était pas condamné a passer ses journées dehors pour ne pas saboter le grand nettoyage de printemps de madame…

Il existe aussi une espèce à part mais somme toute assez répandue qui reprend ses activité à quasi plein temps. Vous pouvez en voir certains dans les magasins, dans la section dédiée à la saison du moment,  en pleine prospection de l’engrais ultra performant et surtout ultra bio ou occupés à tester les différents types de bèches, binettes ou autres outils du genre, en plein essayage de bottes ou encore au rayon librairie en train de planifier leurs plantations futures.  Vous l’avez deviné, il s’agit des jardiniers. 

J’en connais une qui doit faire partie de cette espèce pas du tout en voie de disparition car déjà elle a commencé ses plantations. Et c’est Tropico.

Voyez plutôt.

tropico