DSC08648

On a tous, un jour ou l'autre, eu envie d'intégrer des pigments ou autres poudres de perlimpinpin à notre pâte. On pense bêtement que, la pâte étant collante, la poudre pourra adhérer et on se dit que ça doit être simple à mélanger.

Que nenni, oui la pâte est collante, oui la poudre y adhère mais, une fois toute la surface recouverte, il reste encore de la poudre et la pâte ne veut même plus se coller à elle-même.

A force d'efforts et de malaxage, on finit toujours par intégrer toute la poudre mais on en a plein sur les doigts et sur le plan de travail !

Dans notre empressement, on a tout simplement oublié de réfléchir.

En effet, pour donner de la couleur à un matériau, il existe deux types de produits :

  • Les colorants, liquides, qui se mélangent directement au matériau à teinter et s'y fixent.
  • Les pigments, des poudres qu'il faut préalablement mélanger à un liant pour être utilisées.

On a oublié le liant ! Tous les peintres le savent mais nous, on est passé à coté !

Alors voici un petit tuto pour ne plus oublier.

 

  • Commencer par étaler la pâte à teinter sur une épaisseur moyenne (cran 4 sur mon Atlas). La pâte la plus intéressante à travailler est indéniablement la pâte translucide mais on peut aussi colorer des pâtes opaques de teintes claires.
  • Sur cette plaque, déposer en petits tas les poudres à intégrer. Ici, de la pastel sèche bleue rapée, de la poudre à embosser ocre et des pigments mica Perlex or.

DSC08616

  • Il est temps d'ajouter le liant, quelques gouttes de polymère liquide seulement. Mieux vaut en rajouter si cela ne suffit pas que d'avoir au final une pâte trop souple.

DSC08621

  • Avec une petite spatule, intégrer petit à petit les poudres à la polymère liquide.

DSC08627

  • Rajouter si nécessaire une goutte ou deux. Lorsque toute la poudre est "mouillée" le mélange doit être ferme.

DSC08631

  • Etaler grossièrement le mélanger sur la pâte et replier les bords par dessus.

DSC08632

  • Travailler la pâte au rouleau, sur le plan de travail, en la repliant régulièrement sur elle même.

DSC08634

  • Homogénéiser le mélange par quelques passages à la MAP. Voici ce que j'ai obtenu :

DSC08638

Tous les mélanges sont possibles mais, avant de préparer de grandes quantités, il est préférable de faire des tests et de vérifier la tenue des couleurs face à deux paramètres :

la chaleur, car la pâte est vouée à être cuite. Pour cela le test est simple, il suffit d'étaler un peu de pâte, de découper un petit disque et de le cuire. On peut ainsi observer la variation de la teinte occasionnée par la cuisson qui, indépendamment du pigment, existera avec la pâte translucide ;

la lumière, toutes le personnes qui travaillent la couleur savent que la qualité d'un pigment ou d'un colorant réside dans sa pérénnité et sa résistance à la lumière. Le test là aussi est très simple mais il prend du temps. Il suffit d'exposer le disque de pâte cuite à la lumière du soleil pendant plusieurs jours, autant dire que dans certaines régions de France ce n'est pas gagné. Le mieux c'est d'investir dans une petite lampe à UV. Ce test peut être pratiqué dès qu'il y a ajout de couleurs autres que les pigments initiaux de la pâte, je pense en particulier aux encres utilisées dans des transferts.

  • La pâte suivante a été réalisée en mélangeant des paillettes de mica, du sable coloré turquoise et de la poudre à embosser dorée.

DSC08639

  • Et celle-là, avec du sable coloré jaune et de l'UTEE gold.

DSC08643

Et pour terminer, voici quelques gros plans de réalisations où ces mélanges ont été utilisés pour essayer de montrer les effets obtenus.

poudres

Maintenant à vous de jouer, et n'hésitez pas à me montrer vos essais.

Mathilde