Parfois, dans ma vie, il y a des moments complètement abracadrabantesques,  scotchants, sur-réalistes, je me demande quelle porte j’ai  bien pu franchir pour me retrouver dans cette dimension. Rassurez-moi, ça vous arrive aussi ?

 

La semaine dernière, j’ai vécu ce moment (et croyez-moi, je n’étais pas la seule), dans la semaine la plus froide de l’année, Florence nous a donné un aperçu du printemps, comme ça, paf ! Le choc en ouvrant un fichier ! Telle une hirondelle, elle nous a fait croire que les beaux jours étaient là, alors qu’il suffisait de mettre un pied dehors pour réaliser que non…

 

guirlande

Ce soir-là, je me suis couchée en chantonnant un vieux refrain*, pour moi le printemps était là….

Merci Florence pour ce moment de poésie  et tant pis pour les oreilles des membres de ma famille (je chante très mal d’après eux….)

 

*C'était le temps des fleurs 
On ignorait la peur
Les lendemains avaient un goût de miel
Ton bras prenait mon bras
Ta voix suivait ma voix
On était jeunes et l'on croyait au ciel………