jeudi 3 novembre 2011

La polymériste...

... est un animal sensible.

Je dis LA polymériste notez bien, parce que c'est une catégorie que j'ai plus particulièrement étudiée, en étant moi-même un specimen.

Notez bien qu'il se peut que LE polymériste aussi soit sensible, mais j'en connais trop peu pour généraliser.

Comment se manifeste donc cette sensibilité ?

Eh bien, la polymériste, par exemple, verse facilement sa petite larme lorsqu'elle se sépare de ses congénères après quelques jours passés à polymériser en leur compagnie... (Ah bon ? la même chose arrive aussi à la joueuse de cornet à piston après un stage de fanfare  ? J'y crois pas !)

Verser sa petite larme pour de si futiles raisons, voilà qui pourrait en faire soupirer plus d'un...

Mais il y a des cas plus sérieux où il est plus naturel de se répandre : lorsque par exemple, la polymériste participe à une émission futile et superficielle diffusée l'après-midi sur une chaine publique, et que sa passion est foulée aux pieds par une chroniqueuse pleine de fatuité et d'arrogance imbécile....

C'est exactement ce qui est arrivé à Florence, et en bon specimen de polymériste qu'elle est, elle nous a exprimé son chagrin dans sa matière de prédilection, comme il se doit :

 

drop

 

Sa création s'appelle "drop" et non pas "tear-drop", mais personne n'est dupe.... n'est-ce pas Florence ? ;-)

Posté par gadouille à 07:38 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :